24 février 1991, Palace d’Auburn Hill, Detroit.

Voilà un bel affrontement de saison régulière 1990-1991 entre les paillettes de Californie et les cols bleus du Michigan. Lakers et Pistons se partagent les quatre derniers titres de champion. Les deux formations se sont affrontées à deux reprises en finales (en 1988 et 1989). La rivalité est à son paroxysme entre Detroit et Los Angeles. Leur première confrontation de la saison a vu une bagarre éclater entre plusieurs joueurs en plein match.

En 1991, Motown et la Cité des anges n’ont pas les meilleurs pourcentages de victoires de la NBA. La ligue est dominée par les Bulls de Chicago de l’inévitable Michael Jordan et les Blazers de Portland du planeur Clyde Drexler. Mais les deux franchises ont leurs histoires récentes qui parlent pour elles.

james worthy

Dans la Cité des anges, Magic Johnson est toujours le leader charismatique de l’équipe. En 1990-1991, il est le troisième plus vieux meneur de jeu de la ligue. Avec sa taille (2m06) et son expérience, il se rapproche du cercle et joue avec plus de puissance et de maitrise dans le jeu dos au panier. Il est également plus lent et moins agile. Mais le « Magic man » reste magique. Voyant l’évolution dans le jeu de Johnson, le nouvel entraineur, Mike Dunleavy, utilise davantage de jeu mi-terrain et demande des efforts défensifs à son équipe.

Concernant le reste de l’effectif, Sam Perkins est absent. A.C. Green le remplace dans le cinq de départ. Green est « l’homme de fer ». Il détient le record de matchs joués consécutivement dans la ligue avec 1 192 matchs sans forfait, battant le précédent record de Randy Smith (907). Cette performance lui a valu le surnom d'”Iron Man”. Il n’a manqué que 3 rencontres dans toute sa carrière.

Vlade Divac occupe la place de pivot titulaire pour les Lakers. Il débarque à Los Angeles lors de la draft 1989. Il est intronisé titulaire. La franchise cherche un successeur à Kareem Abdul Jabbar. Il fait une bonne année rookie, et monte en régime l’année suivante. Le jeune pivot serbe réalise une saison intéressante, avec une moyenne d’environ douze points. Il fera même un match à 27 points lors du match 4 de la finale 1991.

Worthy LaimbeerLe reste de l’équipe est composé de joueurs ayant contribué à gagner les titres des années 80, tel que Mychal Thompson (père de Klay), Byron Scott, James Worthy… Les Angelinos sont une équipe solide et expérimentée. Leur adversaire du jour partage sensiblement les mêmes qualités.

Les Pistons entrent dans la saison 1990-1991 avec l’étiquette de double champion en titre. L’objectif annoncé du club est un troisième titre. Ils ont participé aux cinq dernières finales de conférence. Ils connaissent donc le chemin pour aller au bout.

Les « Bad Boys » de Detroit ont marqué de leurs empruntes l’histoire de la ligue. Leur réputation se construisit à travers un jeu dur, physique et rugueux. Ils étaient connus pour gagner les guerres psychologiques contre leurs adversaires. Michael Jordan lui-même a dû durcir son jeu pour réussir à les vaincre. His Airness a développé sa soif de gagner lors de ces affrontements avec cette formation des Pistons.

Pour ce match de février 1991, Isiah Thomas, l’icône d’Auburn Hills est blessé. Il s’est fait opéré du poignet droit juste avant le match des étoiles. Son retour est annoncé pour le début du mois de mai.

Mais Detroit peut compter sur son meilleur marqueur, Joe Dumars. Il tourne à 20,6 points par match. Il fera l’intégralité de sa carrière à Motown. Il établit plusieurs records de la franchise dont le plus grand nombre de matches joués (1018) et de paniers à 3 points marqués (990). Il est également le deuxième meilleur marqueur (16401), passeur (4612) et intercepteur (902).

D’autres figures emblématiques des « Bad Boys », comme Dennis Rodman et Bill Laimbeer, jouent dans cette rencontre. Tous les deux évoluent dans des registres différents.

Le premier, Dennis Rodman alias « the worm », est dans ses jeunes années. Il n’a pas les cheveux décolorés et son corps n’est pas encore entièrement recouvert de tatouage. Son rôle est plus offensif que dans ses années Spurs ou Bulls. Il dépasse pour la première fois de sa carrière les dix rebonds de moyenne (12,5). Rodman fera une série de dix saisons consécutives au-dessus de douze rebonds avec une moyenne en carrière de 13,1 prises.

Le second, Bill Laimbeer, est certainement le joueur le plus détesté de la ligue. Il contribue grandement à la réputation des Pistons. Cet intérieur est un adepte des coups bas, du trashtalking et autres « pétages de plomb ». Son jeu se basait sur une défense rugueuse et une capacité de tirer à 3 points. Cette qualité était rare à cette époque pour un pivot. Pour cettte rencontre, Bill laimbeer porte un masque de protection symbolisant la dureté de son jeu.

Pistons - LakersLe reste de l’effectif est composé de joueurs talentueux comme Mark Aguirre, Vinnie « Microwave » Johnson, John Salley ou encore James Edwards… Le coach qui a réussi a créé un groupe performant et compétitif avec cet ensemble de joueurs est Chuck Daly. Il est notamment célèbre pour avoir entrainé la Dream Team aux Jeux Olympique de 1992. Avec lui, les Pistons ont une défense rugueuse, un rythme de jeu ralenti et une cohésion à toute épreuve. Ce groupe d’hommes teigneux a fait trembler la ligue pendant une décennie.

Ce sont vraiment deux styles de jeu qui s’opposent. Ce choc est donc attendu. Et quelques années plus tard, ce match est une vraie pépite pour les amateurs du Basket des années 80/90.

C’est le deuxième affrontement de la saison. Le premier fut remporté par les Lakers au Great  Western Forum d’Inglewood.

Le match se déroule quinze jours après le All-Star Week-end de Charlotte. A la mi-temps du match, vous pourrez voir le concours à trois points et la série incroyable de Craig Hodges, le sniper des Bulls.

Match diffusé par TV sport.

Boxscore du match.

TéléchargementMerci de me signaler les liens défaillants, par mail, ou directement en commentaire.

Partners in health: priligy ligne, achat nolvadex, acheter clomid