4 mai 1991. Demi-finale de conférence Est, match 1, Chicago Stadium (Chicago).

Le 4 mai 1991, le Chicago Stadium est en effervescence pour voir l’opposition entre leur formation des Bulls de Chicago et les 76ers de Philadelphie. Nous sommes au second tour des play-offs. Et à cette occasion, deux stars des années 90 se lance dans un duel épique qui se poursuivra deux ans plus tard en finales NBA. Charles Barkley MVP du All-Star Game en 1991 affronte Michael Jordan, MVP cette saison-là. Les deux hommes seront coéquipiers à l’été 1992, au moment des Jeux Olympiques. Ils seront deux membres de la meilleure équipe de tous les temps, la « Dream Team ».

Michael Jordan - Charles Barkley

Pour cette saison 1990/1991, même si Windy City semble favori, 76ers et Bulls comptent bien soulever le trophée Larry O’brien en juin.

A Chicago, l’équipe dirigée par Phil Jackson est en mission. Elle est à la conquête de ce qui sera son premier titre de champion NBA. Michael Jordan, tourne à 31,5 points par match. Scottie Pippen, son lieutenant, est le deuxième scoreur et rebondeur des Bulls. Il est également le meilleur passeur. Sa moyenne sur la saison est de 17,8 points, 6,2 passes et 7,3 rebonds décrivant ainsi en chiffre sa polyvalence.

Horace Grant complète le trio de Chicago. Il est le meilleur rebondeur de son équipe avec 8,4 prises par match. Mais c’est surtout son intensité de tous les instants qui constitue un atout majeur pour l’équipe du Zen Master.

Les Bulls viennent de terminer l’une des plus belles saisons de leur histoire avec un bilan plutôt flatteur de 61 victoires pour seulement 21 défaites.

Après plusieurs années d’élimination face aux Bad Boys de Detroit, Chicago entame sa post-season avec beaucoup d’énergie, d’envie et de détermination. La franchise est en mode rouleau compresseur. Le premier tour des play-offs s’est soldé par une qualification sans appel (3-0) au dépend des Knicks de New York. « His Airness » a disputé trois rencontres magistrales, offrant une moyenne de 20 points d’écart à son équipe.

Après six longues années à être catalogué comme un joueur spectaculaire incapable de gagner, Michael Jordan obtient enfin la légitimité qu’il souhaitait et surtout qu’il méritait. Il est adulé par les fans et reconnu par ses pairs.

Les Bulls ont donc construit une équipe autour de sa superstar. Chicago accumule les victoires. Les pronostics de la saison 1990/1991 voient les Bulls comme les favoris pour remporter le titre NBA.

charles-barkley-76ers-534x362Charles Barkley, lui, n’en a que faire. Il compte bien faire déjouer les pronostics et guider les 76ers vers la victoire.

Dans la ville de « l’amour fraternel », Sir Charles est entouré de joueur reconnu comme Rick Mahorn, champion avec les Pistons de Detroit en 1989. Les deux coéquipiers forment ensemble un duo de rebondeurs appelé “Thump N’ Bump”. Avec leur marginalité et leur excentricité, ils sont de bons clients de Highlights et Bloopers pour la NBA.

D’autres vétérans, Rickey Green et Mike Gminski contribuent à la bonne saison des 76ers. Ils apportent environ une dizaine de points chacun et surtout leurs années d’expériences (10 et 12 ans).

Le reste de l’équipe est composé de jeunes joueurs talentueux. Hersey Hawkins surnommé “Hawk” était la deuxième option offensive derrière Charles Barkley. Sa moyenne de point sur la saison est de 22,1. Il est un arrière scoreur référencé dans la ligue nord-américaine. Johnny Dawkins, Ron Anderson et Armen Gilliam sont également des éléments important dans le dispositif du coach, Jim Lynam. A titre anecdotique, le rookie de l’équipe est un certain Mario Elie. Ce dernier remportera trois titres de champion NBA dans le Texas.

Lors de ce match, vous pourrez également voir Manute Bol au sein de la formation des 76ers. Il est, avec le roumain Gheorghe Mureșan, l’un des deux plus grands joueurs ayant foulé un parquet NBA. Ils mesurent tous les deux 2,31 m. L’intérieur soudanais figure parmi les meilleurs contreurs de l’histoire de la ligue.

Les 76ers réalisent une saison encourageante. Ils terminent cinquièmes de leur conférence avec 44 victoires pour 38 défaites. Charles Barkley est dans le All-NBA First Team. Philadelphie aborde donc les playoffs avec la ferme intention de ne pas faire de la figuration. Comme Chicago, les 76ers ont sweepé leur adversaire du premier tour (qualification face aux Bucks 3 à 0).

A cette époque, Bulls et 76ers représentent l’avenir de la NBA avec de jeunes joueurs prometteurs dans leurs effectifs. Mais le duel vers lequel tous les regards se tournent est celui opposant les deux superstars. Alors, vous allez pouvoir voir des contre-attaques tout en puissance de Sir Charles, ou encore des paniers acrobatiques de Air Jordan, voir même un tir au buzzer… Ce match est le premier d’une série qui ouvre les portes des finales de conférence. Le ton de la rencontre est lancé.

TV Sport diffuse la rencontre. La retransmission commence au début de deuxième quart-temps avec un score de 40 à 25 pour les Bulls.

Boxscore du match.

TéléchargementMerci de me signaler les liens défaillants, par mail, ou directement en commentaire.

Partners in health: priligy ligne, achat nolvadex, acheter clomid