Finale de conférence Ouest 2003 : San Antonio Spurs – Dallas Mavericks.

tony parker 2003Après trois ans de règne sans partage, les Lakers de Shaquille O’Neal et Kobe Bryant ont rendu les armes dès le second tour des playoffs, laissant la voie libre à un nouveau champion. La conférence Ouest y perd de son glamour mais gagne en incertitude. Le bourreau des Angelinos est texan et se trouve être l’équipe qui les a précédés sur le trône en 1999. Pour retrouver la grande scène de la Finale NBA, les Spurs devront toutefois passer sur le corps du grand ennemi intime Dallas. En cette année 2003 ouverte à tous les vents, la NBA nous propose le fameux derby texan pour le gain de sa conférence Ouest.

Pour nous Français, c’est également l’occasion de retrouver trois de nos ressortissants dans ce duel au bon goût de Far West: Tony Parker bien sur côté San Antonio, Tariq Abdul-Wahad et Antoine Rigaudeau côté Dallas. Débarqué de Bologne au cœur de l’hiver, le Roi n’aura pas joué une seule seconde en playoffs mais figurait bien dans le roster des Mavericks.

Les Spurs apparaissent comme les grands favoris de la série. Ils possèdent dans leur rang le coach de l’année (le premier sacre de Gregg Popovich) et le MVP de la saison régulière (l’inévitable Tim Duncan) dont ils ont signé le meilleur bilan avec 60 victoires et 22 défaites, un bilan qu’ils partagent néanmoins avec… les Mavericks. Si le reste de l’escouade est beaucoup moins clinquant qu’il n’y paraît (Tony Parker n’est que dans sa deuxième saison, Manu Ginobili est un rookie à la découverte de la NBA, David Robinson n’est plus que l’ombre de l’immense joueur qu’il a été), ils semblent plus solides et surtout moins instables que le run-and-gun de Don Nelson, même pratiqué par des esthètes du genre comme Steve Nash, Nick Van Exel, Michael Finley et la grande star émergente, Dirk Nowitzki.

Duncan - Nowitzki, WCF, 2003

Dallas crée toutefois la sensation en cueillant à froid les Spurs au Game 1 dans un match qui a rapidement tourné au concours de lancers-francs. Et à ce petit jeu-là, les Mavs sont les plus forts : 49/50 contre seulement 31/48 pour les Spurs. Mais après avoir égalisé à domicile, les coéquipiers du futur retraité Robinson remportent les deux manches suivantes à Dallas. Dans le 3ème match, c’est le coup de folie de Tony Parker (19 de ses 29pts dans le 3ème quart-temps) qui aide un Tim Duncan en lévitation (34pts, 24rbds, 6pds et 6ctres), puis c’est au tour de Manu Ginobili (21pts en sortie de banc) de prêter main forte au duo dans le quatrième match. Les prémices du Big Three qui n’est alors qu’un embryon.

Surtout, les Mavericks ont perdu Dirk Nowitzki dans la bataille. Touché au genou durant la deuxième mi-temps du Game 3, l’Allemand doit déclarer forfait pour le reste de la série, rejoignant les pivots Shawn Bradley et Evan Eschmeyer à l’infirmerie. Adepte du genre, Don Nelson est alors contraint de pratiquer le small-ball à outrances face aux Twin Towers de Gregg Popovich. Menés 3-1 avant de revenir à San Antonio et privés de leur meilleur joueur, les Mavericks vont probablement devoir oublier leurs rêves de sacre.

 

Game 5, mardi 27 mai 2003, SBC Center

Les hommes de Nelson ont du cœur et ils vont le prouver. Comme les Spurs sont alors les spécialistes de la panne de courant impromptue, on n’était pas à l’abri d’une grosse surprise. Deux facteurs qui permettent aux Mavericks d’arracher une 6ème manche au terme d’une rencontre au scénario invraisemblable qui pourrait bien avoir renversé le cours de la série.

Le box-score du match

Téléchargement Game 5.

 

Game 6, jeudi 29 mai 2003, American Airlines Center

Alors que personne ne donnait plus cher de la peau des Mavericks, ces derniers ont réussi l’exploit de prolonger la série, ce qui ne fait pas les affaires de Gregg Popovich. Tony Parker est malade pour ce Game 6 et ne pourra donner que quelques minutes de piètre qualité à son équipe qui va devoir trouver sur son banc d’autres solutions. Surtout, le fantasme de voir Nowitzki retrouver le parquet naît parmi les supporters des Mavericks qui ne souhaitent pas voir une des plus belles saisons de l’histoire de la franchise se terminer si rapidement. Cela promet une belle bataille rangée façon Texas.

Le box-score du match

Téléchargement Game 6Merci de me signaler les liens défaillants, par mail, ou directement en commentaire.

Partners in health: priligy ligne, achat nolvadex, acheter clomid