Saison 99-2000, 2ème journée du championnat de France de Pro A, à l’Astroballe de Villeurbanne.

La saison 99-00 démarre et après le doublé de l’Élan Béarnais Pau-Orthez (champion en 98’ & 99’), plusieurs favoris se détachent sur le papier. L’ASVEL et le PSG Racing sont de ceux là et chacun espère déjà marquer les esprits lors de ce 2ème match de la saison.

Lors de la première journée, le PSG Racing s’est débarrassé difficilement de Cholet Basket (73-71) et l’ASVEL a pris le dessus sur le SLUC Nancy (71-64).

L’ASVEL à la maison

Finalistes au printemps dernier (défaite 2-0 contre Pau-Orthez après avoir écarté Limoges et Le Mans), les Verts de l’ASVEL tournent une page et doivent se remettre du départ de leur icône, le néo-retraité Delaney Rudd. Ca ne sera pas facile pour Greg Beugnot de se passer de son petit général, présent dans la maison Verte depuis 1993.

Mous SONKO succède à Delaney RUDD

Mous SONKO succède à Delaney RUDD

La transition s’est faite doucement puisque Mous Sonko est arrivé de Pau l’année précédente et a eu une saison pour s’acclimater et prendre tranquillement les clés du camion. Mous’ a 27 ans et après un titre glané avec Pau, il essaie toujours de s’imposer aux commandes d’une grosse cylindrée. Cet exercice 99-00 le conduira vers Malaga, puis les sommets Madrilènes, mais en attendant, il est parti pour driver l’équipe de Beugnot sur cette saison. A ses côtés, le jeune shooteur Jay Laranaga, passé à l’époque par l’Italie et la Grèce et actuel assistant coach sur le banc des Boston Celtics, débarque sur les rives du Rhône pour ce qu’il sait faire de mieux, écarter les défenses grâce à son agressivité extérieure. Un joueur sous-côté, mais au combien précieux qui passera plus tard dans sa carrière par Milan, Séville, Rome ou encore le Real Madrid en 2005, où il recroisera la route de… Mous Sonko.

Sur le dernier poste extérieur, l’ASVEL voit débarquer Shea Seals, qui bénéficie à l’époque d’une petite hype, le joueur venant de passer 2 saisons aux Lakers de Los-Angeles… mais pour seulement 4 matchs joués et 1,0 pt/game. Sa carrière universitaire (Tulsa) est déjà loin derrière lui et s’il tiendra honorablement sa place dans l’effectif villeurbannais, la suite de sa carrière ira de mal en pis, puisqu’après un court passage à Nancy en 2001, puis un autre à Chalon en 2002, l’élégant ailier d’1m96 disparaît des radars.

Jim BILBA en pilier de cette ASVEL 99-00'

Jim BILBA en pilier de cette ASVEL 99-00′

A l’intérieur, Jim Bilba assure l’essentiel : meilleur défenseur de Pro A en titre, il reste ce qu’il était déjà à son époque Limougeaude, la poutre défensive du système Beugnot. Jim Bilba, excelle dans ce registre et apporte son écho en attaque. Il sera de nouveau élu meilleur défenseur à l’issue de cette saison. A côté de lui, un monstre. Avec ses 2m03 et ses 113 kg, Marlon Maxey, passé par les Minnesota Timberwolves, débarque à l’ASVEL en ayant bourlingué en Grèce pour l’essentiel. Beugnot est allé chercher un pivot court mais tanké, athlétique et dominant au rebond. Les deux font la paire.

Sur le banc on retrouve des « noms ». Après avoir été la doublure de Rudd durant 6 ans, Laurent Pluvy (qui nous gratifie dans la présentation de Pathé Sport, d’un jeu d’acteur qui aurait du l’emmener loin dans le cinéma s’il ne s’était pas mis au coaching…) va assurer le relai de Sonko. Le joueur est plus qu’une doublure, capable de véritables coups de chaud, principalement grâce à un redoutable tir extérieur, mais aussi à un drive culotté, capable de l’emmener vers le cercle au beau milieu du trafic lorsque cela devient nécessaire. A cette époque Pluvy est international A.

Le dunkeur de la Slam Nation, Salomon Sami, débarque lui aussi du banc, tout comme l’expérimenté Stéphane Lauvergne qui, après une expérience difficile du côté de Toulouse, tente de se relancer dans un nouveau et dernier challenge. Le Suédois Joakim Blöm profite de la hype « Bosman » pour se frayer un chemin dans l’effectif et le grand Jean-Gaël Percevault effectue sa 2ème saison chez les Verts, avant d’aller exporter ses talents et ses 2m14 vers l’Ulker Istanbul.

Le PSG en reconquête

En face, le PSG Racing est une bête affamée. Le titre de 1997 a laissé le club mort de faim et la domination Béarnaise n’a fait que renforcer l’appétit de la bête.

A 18 ans, l'année de l'apprentissage en Pro A pour TP

A 18 ans, l’année de l’apprentissage en Pro A pour TP

Laurent Sciarra est le titulaire indiscutable de cette équipe Parisienne. Meilleur passeur du dernier championnat et âme de l’équipe, il voit cependant débarquer dans ses pattes un petit jeune en provenance de l’INSEP, ce qui a le don de le rendre chafouin. Le jeune Tony Parker arrive tout auréolé de son titre de meilleur marqueur français de Nationale 1 (22,1 pts et 6,5 ass), le tout, à tout juste 17 ans. Ce sera la saison de l’apprentissage pour Parker (3,9 pts) dans l’ombre de son encombrant mentor.

A l’arrière, Thierry Zig entame sa 3ème saison sous le maillot parisien et alimente toujours les highlights avec son jeu athlétique et spectaculaire. A ses côtés, l’ancien Villeurbannais Brian Howard arrive d’Antibes pour remplacer Stéphane Risacher, parti du côté de Pau-Orthez. Il a laissé beaucoup de bons souvenirs lors de ses 2 saisons à l’ASVEL et revient donc à l’Astroballe dans un climat émotionnel particulier.

Cyril JULIAN, le roc du PSG

Cyril JULIAN, le roc du PSG

A l’intérieur, l’éphémère US Phil Cartwright remplace Darius Hall, blessé à la main en début de saison et le poste de pivot dominant est occupé par Cyril Julian pour la deuxième saison. Julian commence à se poser comme référence à ce poste et sa carrière va s’envoler par la suite (retour à Nancy pour le titre européen en Korac, Pau-Orthez puis départ en Espagne).

Sur le banc, deux autres anciens de l’ASVEL avec l’arrière shooteur Christophe Dumas, qui arrive de Besançon, et l’intérieur Rémi Rippert, qui effectuera à cette période quelques matchs en Équipe de France (17 sélections).

Le Serbo-Autrichien Neno Asceric (qui passera plus tard par Le Mans, Hyères-Toulon ou Vichy) arrive d’Autriche et va apporter sa hargne et son shoot extérieur. Et enfin l’allemand Donnell Harris complète un effectif dense, dans lequel le jeune Tony Parker fait figure d’Espoir et de 10ème homme.

Un match pour marquer les esprits

Les deux équipes se retrouvent donc au départ d’une saison qui verra Paris perdre petit à petit le soutien du PSG au cours de l’hiver pour devenir le Paris BR. L’équipe finira la saison à la 8ème place et se fera rapidement balayer en play-offs. L’ASVEL quant à elle continuera à courir jusqu’en finale LNB (face à Limoges), où Beugnot finira une nouvelle fois par poser les armes.

Mais place à ce début de saison donc, avec ce match commenté par David Cozette et Jean-Pierre de Vincenzi.

TéléchargementMerci de me signaler les liens défaillants, par mail, ou directement en commentaire.

Partners in health: priligy ligne, achat nolvadex, acheter clomid