Finale de conférence Est, match 4. 27 mai 1991. The Palace of Auburn Hills (Detroit).

michael_jordan_1989_05_21La rivalité entre les Bulls et les Pistons alors connus aussi sous le nom des « Bad Boys » a fait couler beaucoup d’encre et de sang depuis la saison 1987-88. Les Bulls construisaient alors une      équipe pour le titre autour de Michael Jordan avec les arrivées ô combien essentielles de Scottie Pippen et Horace Grant, le premier Big Three de Chicago, le second Big Three à partir de la saison 1995-96 sera composé par Jordan, Pippen et … Dennis Rodman.
Rodman adversaire du jour pour Chicago et fraichement élu défenseur de l’année, évolue lors de cette saison 1990-91 au sein de l’équipe double championne en titre, les Detroit Pistons une équipe aussi talentueuse que rugueuse, la véritable bête noire des Bulls ces dernières saisons. A chacun de leur face-à-face en playoffs, l’équipe emmenée par le génial mais vicieux Isiah Thomas est sortie victorieuse mais la vapeur au fil des ans tend à se renverser :

1988 : Demi-Finale de la conférence Est, les Pistons l’emportent 4-1

1989 : Finale de la Conférence Est, les Pistons l’emportent 4-2

1990 : Finale de la Conférence Est, les Pistons l’emportent 4-3

1991 : Finale de la Conférence Est, les Bulls mènent 3-0

Pistons_Bulls_dunk

Jordan Rules : il veut anéantir les Bad Boys

Jamais les Bulls n’avaient été aussi proches de leur première finale jordan-vs-pistons-1991NBA, ils mènent 3-0 face au Pistons, qui bien que dos au mur, ne comptent évidemment pas se laisser sweeper à domicile aussi facilement.

On a beaucoup entendu parler de ce que les médias ont appelé les « Jordan Rules » qui même si elles ont été niées des années (avouées bien plus tard) étaient flagrantes sur pas mal de séquences lors de ces différents playoffs. Il s’agissait d’une stratégie défensive mise en place par le coach Chuck Daly et exécutée de main de maître par les artisans charcutiers que sont Bill Laimbeer le pivot blanc et tueur à 3points, Dennis Rodman « The Worm » le géniMichael-Jordan-Bill-Laimbeer-flagrant-foule du rebond et défenseur ultra collant, bien évidemment Isiah Thomas (rival éternel de Jordan), mais aussi Mark Aguirre, James Edwards, Rick Mahorn, John Salley (futur Bull) et Joe Dumars (le plus gentleman des Bad Boys). L’objectif, limiter Jordan offensivement avec des prises à deux et des défenses en 2ème rideau assez violentes, afin de baisser son taux de réussite et surtout l’empêcher de pénétrer dans la raquette.
Le jeu de l’intimidation aura duré 3 ans. Avec l’arrivée du coach Phil Jackson (qui deviendra la légende des coachs avec le plus beau palmarès de l’histoire de la NBA), les Bulls sont à 2 doigts de passer le cap des Bad Boys, grâce à la stratégie légendaire de l’attaque en triangle que développe Tex Winter l’assistant, que dis-je … l’ombre de maître Zen Jackson. Et c’est avec cette fameuse attaque que les Bulls puis les Lakers (le club que coachera Jackson après le départ de Jordan en 98) vont enchaîner les victoires.

En route pour une finale … pour un titre …

Voici la composition de ces 2 équipes légendaires, pour l’une de leur dernière confrontation en playoffs, qui auront autant marqué l’histoire de la NBA que les esprits des spectateurs.

Effectif des Chicago Bulls :

  • 2 Dennis Hopsonteam1991_110302
  • 5 John Paxson
  • 10 BJ Armstrong
  • 14 Craig Hodges
  • 23 Michael  Jordan
  • 32 Will Perdue
  • 33 Scottie Pippen
  • 34 Stacy King
  • 42 Scott Williams
  • 53 Cliff Levingston
  • 54 Horance Grant

Effectif des Detroit Pistons :

  • 00 William Bedford
  • 4 Joe Dumars
  • 10 Denis Rodman
  • 11 Isiah Thomas
  • 12 Gerald Henderson
  • 15 Vinnie Johnson
  • 22 John Salley
  • 23 Mark Aguirre
  • 30 Tree Rollins
  • 32 Lance Blanks
  • 35 Scott Hastings
  • 40 Bill Laimbeer
  • 53 James Edwards

faille

Un match intense qui respire transpire la testostérone, ou aucune des 2 équipes ne va lacher le morceau où (presque) tous les coups sont permis. Si l’on vous parle plus haut des « Jordan Rules » vous verrez que Scottie Pippen bénéficiera aussi d’un traitement de faveur de la part des Pistons. Pour beaucoup Pippen est devenu non seulement le lieutenant de Jordan mais sûrement le 2ème meilleur joueur de la ligue. Voir Jordan se surpasser pour tenter de venir à bout de l’équipe qui leur a fait barrage pendant tant d’année est simplement un bonheur. Chicago semble avoir trouvé la faille dans cette défense infernale, et prêt pour la finale.

Commentaires de Jean-François Chabot et Jean-Paul Rebatet pour Sport TV (Canada)

Box score du match.

TéléchargementMerci de me signaler les liens défaillants, par mail, ou directement en commentaire.

  • MALO

    faudrait maintenant mettre les finals de cette même saison entre les bulls et les lakers se serait cool

  • GS_of_Mind

    Juste un mot pour dire bravo au rédacteur et au dénicheur d’archives. Tu fais un boulot vraiment excellent. Beaucoup de nostalgie en voyant des archives en français des années 1990. Merci!

    • bballchannel

      Merci !
      Ton message fait plaisir à lire.

  • dahou dav

    bball the best!!!

    • bballchannel

      Si tu le dis ! 😉 Merci en tout cas.

  • Boubi

    Bballchannel le meilleur !!! franchement, que de souvenirs …

    • bballchannel

      Merci à toi ! Quel plaisir de lire de ton commentaire pour commencer la journée !