9 février 1992. Orlando Arena, Orlando.

Avant la saison 91-92, Magic passe des examens médicaux qui révéleront sa séropositivité. Son état de santé sera d’abord caché aux médias et lui fera manquer le début de la saison NBA. Et le 7 novembre, c’est Magic lui-même qui annoncera cette terrible nouvelle à la presse. Ses coéquipiers, ainsi que certains de ses amis proches (Larry Bird, Isiah Thomas ou encore Michael Jordan), avaient été avertis les premiers, en privé.

Magic se retire des parquets. Ses deux derniers matches se seront déroulés hors USA, à Paris, face au CSP puis à Badalone, lors de l’Open Mc Donald. Il ne fait désormais plus partie de la grande ligue. Et pourtant…

Les fans en décideront autrement. Magic reçoit 658 211 voix et est sélectionné dans le cinq majeur de l’Ouest. Seulement six joueurs se placent devant lui au classement du nombre de voix : Michael Jordan (1 049 573), Charles Barkley (991 408), Larry Bird (852 476), Karl Malone (764 633), Clyde Drexler (759 550) et Chris Mullin (751 397). Tous membres de la future Dream Team.

Magic Johnson All-Star game 1992Mais sans Tim Hardaway, rien n’aurait pu être possible. C’est lui qui permet à Magic d’intégrer la team West, en acceptant de lui laisser sa place à la mène. L’accord de David Stern, qui comptait certainement sur les retombées médiatiques d’une bien belle opération de communication, entérine une décision que tous les fans attendent. Le Magic Man fera son retour sur le parquet de l’Orlando Arena, malgré les protestations de certains.

Charles Barkley et sa grande gueule, eux, sont plus mitigés. Ce n’est pas le risque de contamination qui dérange Sir Charles, mais plutôt le respect des règles : “J’ai pensé prendre le téléphone pour appeler Magic et lui dire qu’il ne devrait peut-être pas jouer. C’est sa décision, mais le All-Star Game est une récompense pour les joueurs qui ont connu une excellente première partie de saison. Je me sens mal pour ces jeunes joueurs parce qu’ils ne pourront pas être récompensés. Ça devient un vrai cirque médiatique, et c’est malheureux“.

D’autres accueillent la décision de David Stern avec beaucoup plus d’entrain.

Kevin Willis : “Je n’avais pas peur. Chaque jour on est en contact avec des porteurs de la maladie et on ne le sait même pas. Certains gars ont peur de le blesser, craignent qu’un accident se produise et que du sang jaillisse de partout. C’est la peur de certains joueurs, mais un All-Star Game n’est pas aussi intense qu’un match de saison régulière”.

Clyde Drexler : “Evidemment, nous adorons Magic, mais beaucoup de personnes pensent qu’il a déjà eu un très beau parcours, qu’il faut laisser la place à ceux qui méritent d’être sur le parquet.  D’autres disent qu’ils ne veulent pas jouer contre lui s’ils ont une chance de contracter la maladie. Je ne donnerai pas les noms. J’étais la première personne à le dire, il y a beaucoup d’ignorance sur ce point. Parlez aux médecins et ils vous diront que vous ne pouvez pas devenir séropositif de cette manière”.

Isiah Thomas : “Je me souviens que Karl Malone a protesté, avec quelques autres All-Stars. A ce moment-là, j’étais président de l’association des joueurs, alors j’ai organisé une réunion spéciale lors de laquelle j’ai dit à tout le monde que non seulement Magic allait jouer, mais en plus, nous allions tous être à ses côtés et l’étreindre. A cette époque, mon frère était porteur du VIH et j’étais plutôt bien informé sur la maladie. Je savais qu’elle ne se transmettait pas par le toucher”.

Jordan Magic All-Star game 1992Tim Hardaway : “J’étais annoncé dans le cinq de départ mais je savais que Magic voulait jouer. Je souhaitais que tout le monde sache que ce gars nous a ouvert la voie. Je suis sûr que s’il jouait avec les Lakers, il aurait démarré le match. J’ai renoncé à ma place de starter et lui ai laissée. C’était une décision personnelle. Personne ne m’a forcé à le faire. Nous ne devrions pas réagir comme si j’avais fait quelque chose de vraiment grand. Quand vous respectez quelqu’un et que vous avez grandi avec ce respect… Mon coeur a décidé que c’est ce qui devait être fait. Il méritait cette place. C’était sa place”.

Jeff Hornacek : “C’était un geste très classe de Tim qui a réalisé que nous étions tous en NBA à gagner beaucoup d’argent grâce à Magic et Bird. Laisser sa place à Magic, c’est énorme. C’est un geste très généreux de la part d’un joueur”.

Et cerise sur le gâteau, c’est France 3 qui nous propose ce match de légende. Aux commentaires, Jean-Philippe Guillin, Pierre Dao et Tony Parker (le père).

LES SÉLECTIONS.

Eastern Conference

Michael Jordan (Chicago Bulls)
Isiah Thomas (Detroit Pistons)
Patrick Ewing (New York Knicks)
Scottie Pippen (Chicago Bulls)
Charles Barkley (Philadelphia 76ers)
Mark Price (Cleveland Cavaliers)
Brad Daugherty (Cleveland Cavaliers)
Joe Dumars (Detroit Pistons)
Reggie Lewis (Boston Celtics)
Dennis Rodman (Detroit Pistons)
Michael Adams (Washington Bullets)
Kevin Willis (Atlanta Hawks)
Dominique Wilkins (Atlanta Hawks)
Larry Bird (Boston Celtics)

Western Conference

Magic Johnson (L.A. Lakers)
Clyde Drexler (Portland Trail Blazers)
David Robinson (San Antonio Spurs)
Karl Malone (Utah Jazz)
Chris Mullin (Golden State Warriors)
Tim Hardaway (Golden State Warriors)
Jeff Hornacek (Phoenix Suns)
Dan Majerle (Phoenix Suns)
Hakeem Olajuwon (Houston Rockets)
Otis Thorpe (Houston Rockets)
Dikembe Mutombo (Denver Nuggets)
John Stockton (Utah Jazz)
James Worthy (L.A. Lakers)

Coachs

East: Phil Jackson (Bulls)
West: Don Nelson (Warriors)

Box score du match.

TéléchargementMerci de me signaler les liens défaillants, par mail, ou directement en commentaire.

Partners in health: priligy ligne, achat nolvadex, acheter clomid