Il fut un temps où le port du maillot bleu était un privilège inaliénable accordé aux MVP français. Aujourd’hui, la donne a changé.

Edwin Jackson FranceVendredi dernier, nous apprenions qu’Edwin Jackson, MVP français de ProA cette saison, n’avait pas été retenu par Vincent Collet  pour participer à l’Euro. Petit plongeon (c’est de saison) dans l’histoire du basket français pour savoir si d’autres joueurs ont connu pareille aventure.

Avant toutes choses, je tiens à préciser que le MVP français de ProA n’est pas le meilleur joueur français du moment, mais le meilleur joueur français du championnat de France. Et pour aller encore plus loin, ce même MVP français du championnat de France n’est pas forcément le meilleur joueur de ProA, puisqu’il peut être devancé par un autre MVP, étranger celui-là !
Vous l’aurez compris, en France, être définitivement reconnu comme le meilleur joueur de ProA n’est pas chose aisée…

Pour revenir à l’actualité, quelque chose me dérange dans le fait qu’on puisse recevoir un titre de MVP de notre championnat de France sans faire partie de l’équipe qui représentera ce même pays à l’Eurobasket 2013.

Je suis donc parti à la recherche d’autres MVP français qui n’auraient pas été retenus en EDF, et j’en ai trouvés deux!

Laurent Sciarra

– Laurent Sciarra, MVP en 2005, n’a pas porté le maillot tricolore à l’Eurobasket. Mais son cas est différent, il avait mis un terme à sa carrière internationale en 2003. Donc, il n’entre finalement pas dans mes critères de recherches.
– Cyril Julian, MVP français en 2007, n’a pas fait partie des Bleus qui ont terminé 8e du championnat d’Europe en Espagne. Mais comme le requin Sciarra, lui a pris sa retraite internationale l’année précédente, en 2006, quand Claude Bergeaud lui avait préféré Johan Petro pour participer aux championnats du monde au Japon. Par conséquent, il ne compte pas non plus.

Je peux désormais l’affirmer haut et fort : Edwin Jackson est le PREMIER MVP français de l’histoire à ne pas être sélectionné en équipe de France.

Une situation identique existe-t-elle chez nos proches voisins allemands et espagnols ?
En Bundesliga, aucun MVP allemand n’a jamais été évincé de la sélection nationale.
En Liga ACB, seul le tout récent MVP espagnol (naturalisé), Nikola Mirotic, ne participera pas à l’Eurobasket 2013. Mais c’est le joueur qui a pris cette décision…

On a donc bien affaire à une exception française, qui peut probablement s’expliquer de trois manières :
– Le niveau du championnat de France s’affaiblit.
– Les meilleurs joueurs français sont de plus en plus courtisés et quittent le pays sans trop d’hésitation. C’est une certitude, nos meilleurs Frenchies s’exportent bien.
– En France, on n’a pas un MVP, mais deux… Et merci de me corriger si je me trompe, mais il me semble qu’aucun autre championnat ne décerne deux trophées de MVP à l’issue de la saison. D’ailleurs, cette notion de Français VS Étrangers me questionne beaucoup, voire me dérange. Pourquoi pas le MVP droitier & le MVP gaucher (on pourrait avoir un double MVP pour les joueurs ambidextres!), le MVP de moins de 2 mètres & le MVP de plus de 2 mètres (tant pis pour les joueurs de 2 mètres pile!) ou le MVP noir & le MVP blanc (désolé pour les joueurs asiatiques!) ? Et j’en passe…
Un MVP est un joueur unique. Il doit être désigné comme LE meilleur joueur du championnat.

Pour conclure, je tire mon chapeau à Edwin Jackson pour le tweet qu’il a partagé suite à l’annonce de son éviction.

Classe.

Tagged with:
 
  • RTC

    Cette analyse met effectivement en évidence le phénomène “d’évasion” des meilleurs joueurs français vers les championnats étrangers, plus marqué que pour n’importe quel pays. Bien qu’après le choix du sélectionneur se fasse plus dans un souci de complémentarité entre les joueurs que sur la valeur pure.
    Les cas de Sciarra et Julian sont également intéressants, car ce genre de problème d’ego dans leur équipe nationale (l’un ne voulant plus venir car pas envie d’être le doublure de Parker, l’autre parce qu’il est vexé d’avoir du laisser sa place), c’est bien une spécialité française… L’équipe yougoslave était pas mal dans ce registre à une époque, mais le souci était ailleurs.