Demi-finale de conférence. Game 7. 19 mai 1990. Memorial Coliseum, Portland.

Parce qu’un match 7 est aussi rare qu’intense, je vous propose une superbe rencontre opposant les Spurs (2e de la conférence Ouest, 56 v./26 d.) aux Blazers (3e de la même conférence, 59 v./23 d.). Lors du premier tour, ces deux franchises ont balayé 3 victoires à 0 leurs adversaires respectifs (Denver pour San Antonio et Dallas pour Portland).
Jusque-là, aucune équipe n’a perdu à domicile. Le vainqueur de ce match retrouvera en finale de conférence les Suns de Phoenix qui ont éliminé les Lakers, meilleure équipe de la saison régulière.

A ce moment-là de l’histoire des playoffs NBA, seules deux autres séries se sont jouées en prolongations d’un 7e match : les finales Boston Celtics – St Louis Hawks de 1957 et Boston Celtics – Los Angeles Lakers de 1962. Et finalement, j’aurais pu écrire : “à ce moment-là de l’histoire des playoffs NBA, seuls les Celtics ont remporté un game 7 après prolongation”…

1990 Blazers vs Spurs Game 7 Clyde DrexlerLors du très rude match 6, les Spurs ont réussi à s’imposer grâce à un très solide David Robinson (24 pts, 13 rebonds, et 6 contres en 37 minutes de jeu). 8 fautes techniques sont sifflées et Drexler est expulsé et raccompagné aux vestiaires par deux agents de police, après avoir cogné Willie Anderson. Après cet incident, Drexler déclarera avoir voulu se défaire des mains d’Anderson. Quand on jette un œil aux stats de Clyde, qui n’a réussi qu’un dunk et deux lancers francs et a manqué ses neuf shoots en 28 minutes, on imagine assez facilement son état de frustration et son énervement, surtout quand à l’inverse Willie Anderson enregistre son meilleur total de points en carrière (meilleur marqueur du match avec 30 points à 13/19 alors qu’il ne tournait qu’à 15 pts par match dans cette série). Bref, ce soir du 17 mai 1990, le Glide s’est écrasé sur le parquet de l’HemisFair Arena.

Parmi les rookies présents sur le parquet, l’ancien Navy David Robinson réalise une superbe saison et termine meilleur scoreur, rebondeur et contreur de son équipe (24,3 pts à 53,1%, 12 rebonds et 3,9 contres en 36,6 minutes par match). D’autres rookies ont également participé à cette 7e rencontre : Drazen Petrovic, Clifford Robinson et Sean Elliott.

Ce match marque aussi le retour de Kevin Duckworth, qui foule le parquet pour la première fois dans cette série suite à une fracture à la main droite.

Pour les Blazers, une victoire serait synonyme de qualification en finale de conférence, un niveau jamais atteint depuis leur seul titre gagné en 1977. Ce serait également la 13e victoire consécutive  à domicile face aux Spurs.

“Une soirée bien chaud !”, comme le dit Big George en présentant le match.

Box score du match.

TéléchargementMerci de me signaler les liens défaillants, par mail, ou directement en commentaire.

 

!!!ATTENTION SPOILER!!!

C’est la deuxième fois dans cette série qu’un match se joue en prolongation (avec le match 5 remporté 138 – 132 par Portland en double overtime).

Après un match 6 complètement raté, Clyde Drexler fait preuve de beaucoup de maladresse mais termine quand même la rencontre à 22 pts, 8 passes décisives et 13 rebonds. C’est en fin de match qu’il prendra son envol. Il inscrit 16 points au cours du dernier quart-temps et de la prolongation, avec notamment 5 lancers convertis dans les 26 dernières secondes.

103 – 103, 30 secondes à jouer. Strickland envoie une véritable passe d’aveugle et commet une faute intentionnelle sur Drexler, donnant deux lancers francs et la possession aux Blazers. Et le “Plus One” spécial Rod : il est expulsé avec 6 fautes au compteur. Mais y a débat!

Grâce à cette passe, ce match se classe à la troisième position du top 5 des pires moments des Spurs en Playoffs du très bon site ProjectSpurs.com.

Partners in health: priligy ligne, achat nolvadex, acheter clomid