16 avril 1995. United Center. Chicago.

C’est lors de cette saison que Jordan a fait son come-back suite à sa première retraite sportive. Et après seulement cinq matchs, c’est aussi pendant cette même saison que Sa Majesté a inscrit 55 points face aux Knicks. Les représentants de la Big Apple étaient cuits, bouffés jusqu’au trognon par le numéro 45 rouge. Un soirée de Gala pour sa pomme.
Quelques mois plus tard, c’est au tour des Bulls de recevoir New York, qui dispose d’une brochette d’intérieurs solidissimes, à savoir Charles Oakley, Charles “Granny” Smith, Pat Ewing et Anthony Mason.
Du côté des Bulls, Jordan a définitivement retrouvé toutes ses sensations. Et la paire Kukoc / Pippen est en grande forme.

A ce moment de la saison 94/95, Chicago est troisième de la Central Division (43v./34d.). Les Bulls viennent de remporter deux victoires consécutives. D’abord face à Indiana puis face à des Pistons emmenés par deux jeunes hyper talentueux : Grant Hill et Allan Houston. Ce dernier sera d’ailleurs la cause de l’envoi de Starks sur le banc en 1996 (sans grande conséquence, puisqu’il sera élu “Meilleur 6e homme de la NBA” cette saison-là).

Côté Knicks, pas de pépins, tout va bien. Leurs adversaires sont réduits en compote, les uns après les autres. Ils restent sur une série de cinq victoires consécutives en battant les Pacers de Reggie Miller. Deuxièmes de l’Atlantic Division, avec 52 victoires pour 25 défaites, ils font partie des favoris au titre de champions NBA.

Bref, des rencontres “Pas de quartier!” comme on les aime. Enfilez vos chaussons, installez-vous et appréciez.

Box score du match.

Quelques petits soucis de son et d’images dans les premières minutes.

TéléchargementMerci de me signaler les liens défaillants, par mail, ou directement en commentaire.

Set your Twitter account name in your settings to use the TwitterBar Section.